Living Poetry

7/05 – 13/05/2015

FRANCAIS ENGLISH
C’est frustrant d’avoir autant d’idées avant d’écrire cet article, et surtout des belles envolées poétiques à propos de la vie, Bruxelles, mes pensées les plus profondes sur tel ou tel sujet… et arrivée devant la page blanche, n’avoir en tête que des platitudes à te raconter.Il est dit que des milliers de romans inachevés dorment dans des tiroirs à travers le monde… mais qu’en est-il des belles pensées que l’on formule dans sa tête au détour d’une promenade, en faisant la vaisselle ou sous la douche ? Vertigineux…

J’étais d’autant plus inspirée cette semaine qu’il y a un évènement en particulier dont je te parle : un festival “La Raison Cogna” qui se déroule au Lac pendant une dizaine de jours… J’aurais voulu mieux t’expliquer pourquoi ce genre d’organisations m’excitent terriblement : le lieu, les gens, la façon dont j’ai fait leur connaissance, ma curiosité, mes découvertes récentes et les coïncidences de la vie… Tout ça mis ensemble ne pouvaient que m’enthousiasmer au plus haut point. Tu liras plus bas et jugeras si je suis assez convaincante..

Ajoute à cela des amis en visite, le retour du printemps, l’habituel effervescence bruxelloise, des invitations ici et là, quelques lectures intéressantes, de bons épisodes de mes séries préférées et ma reprise régulière du sport et cela te donne une idée de l’énergie et l’envie de voir le monde qui m’habite.
Je pense que tout cela n’est pas compatible avec l’écriture poétique qui demande à son auteur une certaine mélancolie, un calme, presque un vide, pour que les pensées aient le temps de cheminer vers les mains afin qu’elles posent tout cela sur une feuille blanche…

Mes pensées filent plus vite que moi, et les jours passent au gré des évènements… Je pense qu’il me faut accepter que ma manière de vivre est un poème (ou une comédie) en soi, et que ces quelques lignes hebdomadaires sont ce que je peux attendre de mieux de moi.

Fautes d’orthographe (pour cause de vitesse, non relecture et rédaction en deux langues) comprises.

It is really frustrating to have so many ideas of sentences for this article, with beautiful flights of imagination full of poetry about life, Brussels, my deepest inner thoughts about specific subjects… and then here I am in front of this blank page and I find myself having only platitude to tell you.
It is said that thousands of unfinished novels are sleeping in as many drawers around the world… But what about all those magnificent thoughts that cross your mind while walking, having a shower or cleaning the dishes? It’s infinite…
I was even more inspired this week that there’s a specific event that I’m talking about: a festival called “La Raison Cogna” in the project space Le Lac during a dozen days. I would have love to express why I found so exciting this specific type of organisations: the venue, the people, the way I’ve met them, my own curiosity, my recent discoveries and the coincidences… I’m very enthusastic about all of this put together.
And I’m not even talking about the friends who are visiting, the Spring, the usuall madness in the city, invitations here and there, some really good books, very good episodes of my favourite TV shows and the fact that I’m again regular to do some work-out, all of this giving me such a good energy and a hunger to see the world…
I believe this is not compatible with writing poetry which probably request from his author to feel some kind of melancholy, to live quietly, in order for the thoughts to be at the same speed as the hands which will be the medium to put everything on paper…
My thoughts are flying way much quicker than I do and days passes event after event… I think that I should accept that my lifestyle is a poetry (or a comedy) by itself, and those few weekly lines are the best I can do.
Spelling mistakes included.
FESTIVALS  
Festival “La Raison Cogna” @ Le Lac
Ce n’est pas la première fois que je te parle de ce lieu spacieux – car dans un ancien bâtiment industriel – nommé Le Lac. Un groupe d’artistes de diverses disciplines y a ses quartiers. C’est pas mal d’espace qu’ils ont à leur disposition pour se laisser aller à divers évènements mêlant expositions, installations, performances, musique,… le tout avec talent, mais aussi quelque chose d’étrange et un côté “no limit” où tu sens qu’ils se lâchent librement. Mais il y a aussi un aspect très pro, qui fait que tu ne te sens pas mal à l’aise. Ils semblent ne pas avoir de complexes, ni de tabous, mais sans tomber dans le glauque. Un équilibre entre créativité sauvage et contrôle parfait de la création…Disons que c’est artistiquement rare et “atmosphériquement” rassurant….Jusqu’à présent, Le Lac restait très mystérieux pour moi, hors de mes radars et mes réseaux. Ses invitations mensuelles à “Venir bouffer un zodiaque”, une fois par mois, sont certes empruntes de beaucoup de poésie, mais ne croulent pas d’énormément d’informations. Ou alors tout est dit, mais de manière sibylline et compréhensible uniquement pour les initiés, dont je ne suis pas…Et voilà qu’en quelques jours à peine, le mystère s’éclaircit quelque peu…D’abord par le biais d’une rencontre fortuite, qui m’a permis de faire connaissance avec certains d’entre eux.Ensuite parce que pour l’organisation de ce festival, ils balancent sur les réseaux un évènement par jour avec programme complet des festivités… et même : ils se sont fendu d’un site internet !

Alors ce festival ? Et bien je vais déjà te dire ce qui m’intéresse après un rapide coup d’oeil :

J’ai vu qu’il y a pas mal de projections dont je dirais que la thématique générale est la poésie, il y a une exposition bien sûr, mais aussi des lectures, conférences et autres moments poétiques, un concert de Alek et Les Japonaises, un ciné-concert de Mathieu Ha.

Bon, ça fait brouillon comme ça, mais si tu me demandes quels jours ne pas rater, je te dirais ceci :

Le soir de l’ouverture (7 mai), il y a un concert / suicide (non, je sais, ne demande pas, c’est Le Lac) de Etienne Dumas-Brisson. Le mec a un indéniable talent… il sait y faire niveau musique et je ne serais pas étonnée d’apprendre qu’il gère d’autres disciplines. Et puis, j’aime sa voix.  Je n’ai pu qu’apercevoir une infime partie de ce qu’il fait, la semaine dernière, mais sa prestation (guitare et chant), et la performance des danseurs, a suscité de très chaleureux applaudissements. Un artiste à voir absolument… Frissons garantis.

Je pense que le 19 mai, devrait également être intéressant. Après une conférence sur le football, une projection d’un film de Mathieu Messagier et la lecture d’un extrait d’un de ses romans (écrit quand il avait à peine 19 ans), la soirée se terminera par un concert de Charles Mérovoe de Sainte Hermine.
Comment te parler de cet artiste, puisque, comme il est indiqué sur le site “il est difficile de parler de Charles de Sainte Hermine, dit Vicky, sans remonter à la naissance des hommes et de la conscience de Dieu.” Tu constates par toi-même que je n’ai pas tout ce temps…

Le soir de la clôture (22 mai), il y a la Tendre Emeute… et là rien que de l’écrire j’ai des frissons… Attend. Je m’arrête d’écrire un instant, histoire de jouir de cette émotion…

J’en ai déjà parlé ici, mais il faut absolument les voir. En vrai. En chair, en os, en sang, en musique, en sueur et en groupe.

Eux, en groupe (énorme groupe d’ailleurs). Toi, tu fais comme tu veux. Amènes ta meute ou viens avec ta solitude, de toute façon, elle te lâchera rapidement….

Festival “La Raison Cogna” @ Le Lac
It’s not the first time that I mention this very spacious project space – as it’s situated in a warehouse – called Le Lac. A group of artists from diverse disciplines lives and works there. It’s a lot of space to allow them to come with new ideas of events showing exhibitions, performances, concerts, installations, … and all this with a lot of talent, but also something strange, unusual, a little feeling that they have no limit as you feel that they just do their things freely. But there’s also something very pro, so you don’t feel uncomfortable. It seems that they have no complex nor taboos, but they never seem to fall in something shady. There’s a balance between wild creativity but yet perfect control of their creative ideas.
Let’s say that it’s very rare in an artistic way in a very reassuring atmosphere.
Up to now, Le Lac was very mysterious in my eyes: the people there were not under my radars, as they didn’t seem to be link to any of my networks. Their monthly invitations called “Venez bouffer un Zodiaque” (means “Come to stuff yourself with a Zodiac”), are all full of poetry but lacked information I woudl be able to understand. Or maybe they are saying all but in such an egmatic way that only their circle could get it, and I’m not on their list…
And then in only a couple of days, all is more clear to me… First because I’ve met some of them coincidently somewhere in town. And then, even more clear, because they are organising this festival and for its purpose are really doing the things the way I can get: full program and even a dedicated website!
So what’s about this festival? Well, I will give you a hint of what I really want to go, only based on a quick overview.
I could see that there’s many movies, and at first glance I have the feeling that they all have a sort of inner poetry. There’s also an exhibition, of course, but also readings, conferences and other moments full of poetry, there’s a concert of Alek & Les Japonaises and a cine-concert of Mathieu Ha.
If you ask me what I really do not want to miss, I would say:

Opening day (7th May): because there’s a suicide-concert of Etienne Dumas-Brisson. This guy is obviously talentend, believe me. He knows how to play music and I suspect him to have many more talents. And also, I love his voice.
I only had a small sample of what he can do last week (he was playing guitar and singing), but his set and the performance of the dancers aroused very warm applaus. An artist to see urgently.

I think that 19th May should also be very interresting. After a conference about football soccer, there’s a movie of Mathieu Messagier and a reading of one of his novel (that he wrote when he was 19), then the evening will end with a concert of Charles Mérovoe de Sainte Hermine.

I don’t know how to speak about this artist. The info about him on the site says that “it’s difficult to speak about Charles de Sainte Hermine, aka Vicky, without tracing back to the creatin of men and the conscience of God”.So you can see by yourself that the task is too long to handle here..

For the closing night (22nd May), there’s the association La Tendre Emeute (name means “Tender Riot”). And here, just by writing their name I have a thrill of delight. Wait. Let me stop for a moment, just to fully enjoy this emotion….

I’ve already talked about them in this article but you must absolutely see them. For real. In flesh, bones, blood, music, sweat and in group.

I mean them would be in group. You: just do whatever you want: come with your pack or only bring your solitude, she will leave you quickly.

Placard Headphone festival @ Saint-Josse
Le Placard est un festival qui existe depuis la fin du 20ème siècle déjà (1998), initié au départ à Paris, dans une chambre de bonne… L’idée était d’organiser un concert en toute discrétion… c’est ainsi que l’idée des casques s’est imposée. Entre temps, c’est devenu un festival qui en est à sa dix ou onzième édition et qui – surtout – a lieu tout au long de l’année dans de nombreuses villes à travers le monde !Chaque ville fonctionne différemment quant à la période, la durée totale du festival et la durée des sets. A Bruxelles : c’est 24 heures non stop, découpées en sets de 30 minutes, et ce durant tout le week-end du samedi midi au dimanche midi.Bon à savoir : il est possible de suivre en streaming tous les concerts (ceux de Bruxelles, mais pourquoi pas d’ailleurs dans le monde) : histoire d’être constamment connecté à une faune internationale férue de musique décalée et alternative !Il y a encore des périodes libres (surtout autour de 3 / 4 heures du matin) : donc si tu as un groupe et l’envie de participer à un projet du genre, c’est ta chance !Tu pourras découvrir, par exemple Douce violence et le Treizième moi, samedi à 18h30 et pour info, ils joueront au Barlok le lundi soir.Il y a aussi le Reykjavik counterpoint duo qui sera lui à découvrir dimanche à 10h30 du matin.
Placard Headphone festival @ Saint-Josse
Le Placard is a festival who has its origins already at the end of the 20th Century (in 1998), in Paris, in small chambre de bonne. The idea was to organise very discreetly few concerts, so the idea of headphones came naturally. In its current form, the festival exists since about ten year or so. Most important, it’s held at many different times of the year in several cities around the World!
Each city choose the best format of period, lenght of the festival and of the different sets. In Brussels, it will be next week-end during 24 hours and each concert will be of 30 minutes.
Good to know: all concerts, anywhere, are always availbalbe via streaming online. So you can be connected all year long to many alternative artists around the planet… Amazing!
For this week-end there’s still some spot around 3 and 4 am, so if you have a band and wish to be part of such a project.. it might be your chance!
During the festival, you can discover among many other “Douce violence & Treizième moi”, on Saturday (6.30 pm) and, for the record they will be also playing at Barlok on Monday.
There’s also the Reykjavik counterpoint duo that you can hear on Sunday at 10.30 am.
Kunstenfestivaldesarts 2015
C’est aussi le lancement du Kunstenfestivaldesarts : belle couverture médiatique pour celui-ci, et je n’ai pas encore consulté le programme avec attention.Ceci dit, j’ai noté une performance de Manu Riche “Trial about Fake” qui retrace le procès – en Chine – contre l’artiste Ai Weiwei, un des artistes majeurs que compte ce pays.J’ai visité une exposition de Ai Weiwei l’an dernier au Martin-Grobius-Bau (centre d’art berlinois) et je me souviens que l’artiste y avait installé une pièce qui représentait le lieu dans lequel il avait été assigné à résidence par les autorités… Je serais donc particulièrement intéressée par cette performance au KVS, dans la suite du sujet de cette installation !Nationa(a)l
Autre festival, autre lieu, autre ambiance ! C’est du côté de la rue aux Laines que se tient la seconde édition du festival Nationa(al). Ils nous ont placardé de belles publicités à travers la ville et n’ont clairement pas besoin qu’un obscure blog comme le mien fasse une quelconque promotion…

Si j’en parle, c’est pour attirer ton attention sur la soirée du 9 mai : ce soir-là, parmi les groupes qui jouent, il y a Empty Taxi ! Et ça tombe bien : c’est soir de relâche au Lac, donc pas d’excuses !

Kunstenfestivaldesarts 2015
It’s also the launch of the new Kunstenfestivaldesarts : they have a decent media coverage and I haven’t read the program yet.
But I’ve seen the performance of Manu Riche called “Trial about Fake” which comes back to the trial of Chinese artist Ai Weiwei a few years ago.
Last year I went to an exhibition of Ai Weiwei at the Martin-Grobius-Bau (a berliner art center) and I remember that the artist recreated the room where he was held prisonner by the authorities… a room that we could visit… So I’m interrested to see another artistic piece about this particular event, this time in KVS.
Nationa(a)l
Other festival, other area, other atmosphrere… It’s now rue aux Laines that you can check the second edition of Nationa(al). You can see big posters around the city (and they are really good) so they clearly don’t need the promotion coming from such an obscure blog…

If I talk about it nonetheless, it’s to draw your attention to the evening of 9th May: among the bands, there’s Empty Taxi playing! And as there’s nothing going at Le Lac that evening, I have no excuse…

EXPO – ARTSY
A Story That Wasn’t @ In Between
Le project space InBetween a toujours un excellent programme mêlant art et réflexion sur notre société… Cette fois-ci, je te convie à aller voir de plus près l’installation de l’artiste Helena Lemonnier. Elle a retrouvé des vieilles photographies de ses grands-parents et s’est laissé aller à imaginer – sur leur base – une histoire.Anachronism @ iMAL

Je trouve que l’exposition à l’iMAL, va bien dans la lignée de celle à InBetween. Ce centre d’art dédié aux arts digitaux explore depuis quelques temps déjà l’héritage des oeuvres artistiques usant des technologies (et leur obsolescence).Très sincèrement, je trouve absolument toutes les installations proposées dans cette nouvelle exposition semblent excellentes et ont toutes une touche d’humour qui me plaît toujours ! Par exemple l’artiste Cécile Babiole travaille autour de la punition pour tricherie et la demande aux écoliers de copier (!) un certain nombre de fois la phrase “Je ne dois pas copier”… Absurdité qu’elle nous démontre dans “Copies non conformes”.

Ou encore le travail de James Bridle qui revient sur les moult version des pages Wikipedia concernant la Guerre en Irak… en imprimant le résultat qui est une véritable encyclopédie d’une histoire sans cesse réécrite par divers protagonistes ! J’adore !

Et pour ceux qui me lisent depuis quelques mois : l’iMAL fait partie de ma “To Do” list pour le mois de mai… (une liste de toutes les choses que je n’ai jamais visité à Bruxelles, malgré mes nombreuses sorties, et j’ai décidé d’en faire une par mois, depuis Octobre !).

A Story That Wasn’t @ In Between
The project space InBetween always has an excellent program which mixes reflection about art and our society. This time, I encourage you to have a closer look at the installation made by artist Helena Lemonnier. She found old photographs of her grand parents and she let her imagination tell a story that wasn’t…
Anachronism @ iMAL
I believe that the exhibition at iMAL can be connected to the one at InBetween in a certain way. This art center is dedicated to digital arts and is exploring lately all heritage of art works using technologies (and their obsolescence).
Honestly, I find many of them really interresting when I read the description. They seem to have a little bit of humor that I really appreciate. For example the work of Cecile Babiole is about the punishment of school kids: when they cheat while copying from a friend, they have to copy (!) a certain number of times the sentence “I can’t copy”… It’s a little bit absurd in a way and she show it to us with her work called “Copies non conformes” (something like “Copy not consistent with the original”).

Or the work of James Bridle who’s showing us the numerous versions of the Wikipedia page about Iraq’s War… and have printed the result in a book which looks like a real encyclopedia of a History always rewrited by all its protagonnists ! I love that!

And for the ones of you who’ve been reading me for a while: iMAL is on my Bucket list of May (it’s a list of all those things that I’ve never took the time to do and decided in October that I should at least “force” myself to do one per month).

iraq-war-historiography
FÖR presents SEEDS “a community for greenery” + NILS GRAUERHOLZ
La boutique För attrape la main verte ! Pendant trois semaines, il y aura trois projets artistiques et collectifs autour de la plante.D’abord Le Jardin des Souhaits : fais un voeu et plante une graine dans un terreau collectif, avec ceux des autres… Il y a également une carte blanche à l’artiste et biologiste Nils Grauerholz qui présentera des installations autour de la plante… tout un univers à découvrir grâce à cet artiste qui marie ainsi ses deux passions !Et puis la boutique sera églement le lieu où échanger ses boutures ou ses petits trucs pour faire pousser des plantes chez soi…. Je pense que je vais y aller pour demander si quelqu’un à une bonne méthode pour parvenir à faire survivre dans la même pièce un chat et des plantes (sachant que le chat gagne à chaque fois pour l’instant….).Code Couleur : RED @ Recyclart
C’est absolument par hasard que je me suis retrouvée à la première édition de cet évènement. Ce jour-là, le code couleur était jaune. Le truc c’est que je n’ai rien de cette couleur chez moi. RIEN, NADA. Je ne m’en suis rendue compte qu’après mon retour de la soirée. Je m’y étais rendue avec une écharpe jaune moutarde prêtée pour l’occasion. Qui a été refusée comme étant jaune. Je crois qu’ils avaient en tête jaune canari. Fallait le préciser… ou alors expliciter que la personne à l’entrée n’est pas très sensible aux couleurs et aux diverses teintes possibles. Ou accepter que les couleurs ne sont pas perçues par tout le monde avec la même sensibilité.

Heureusement, histoire d’habiller le public de l’évènement dans le jaune qui leur convenait le mieux, ils avaient un stock de chemises, cirés ou pantalons.

Cette nouvelle édition d’une soirée de performances et exposition, est sous le règne du rouge. Rouge, ça a l’air simple. Fais gaffe quand même si tu te rappliques avec du rouge “rouille” plutôt que “cerise”… On pourrait te reprocher de ne pas vouloir “jouer le jeu” (je cite…), avec cet horrible conséquence : passer pour une pince-sans-rire, un personnage qui a décidé de ne pas s’amuser et de rameuter le plus de monde dans cet élan d’ennui (ce qui me ressemble tout-à-fait, n’est-ce-pas ?).

Si tu passes l’entrée, tu découvriras les oeuvres de l’artiste Œil Oblique, des fleuristes Quentin et Manda et des performeurs de Val Macé et tu danseras sur la musique de S8JFOU, Patern Auster et Mad Rey.

Alors, habille toi de fruits de saison et de passion… et va au Recyclart, sans hésitation !

FÖR presents SEEDS “a community for greenery” + NILS GRAUERHOLZ
The shop För will be the paradise of those having green fingers! During three weeks, they present three artistic projects link to plants and garden.
First there’s the Wishful Garden: you make a wish and therefore plant a seed in a collective piece of ground.. There’s also the carte blanche to artist and biologist Nils Grauerholz who will show us his installation about plants.A whole world to discover thanks to this artist who found a way to combine two of his passions.
And the shop will also be the perfect venue to exchange tips, plants and cuttings. I think I might go to ask if someone knows how to make survive in the same room a cat and plants (knowing that all past attempts where won by the cat).
Code Couleur : RED @ Recyclart
An exhibition where everyone is involved in the thematic by wearing all the same colors! Red it will be for this second edition! The first edition was yellow.. I don’t have anything yellow in my wardrobe, but no problem as they also provide clothes in the color of the night, to make sure that the event is respecting its own rules.

Red then would probably be the work of artists Œil Oblique, florists Quentin and Manda and perfomers Val Mace. Not to forget to mention that music will be part of the event with musicians S8JFOU, Patern Auster & Mad Rey.

Red
Il y a un millier d’autres expositions à aller voir cette semaine, comme “Sur de Rien” dans le project space “Le Clignoteur”, où tu pourras découvrir – entre autres – les empreintes photographiques de Delphine Navez, autour du mouchoir…Ou encore l’exposition Sovjetarism : les traces de soviétisme dans la sphère public, étudiés par les artistes Arber Sefa et Ellen Vanderstraeten, durant une résidence en Ukraine où ils ont travaillé avec les artistes locaux Valeria Saranskich & Olexandr Bohomolenko. L’exposition se tiendra à la Communa (celle de Saint-Josse), une maison occupée où les gens vivent en communauté.. quel meilleur cadre pour présenter des traces soviétiques ? There’s many other exhibitions to see, like “Sur de Rien” by project space Le Clignoteur with photographic imprint by Delphine Naver. Or the exhibition Sovjetarism : traces of sovietism in the public sphere as studied and observed during their ukrainian residence by artists Arber Sefa and Ellen Vanderstraeten. They’ve been working on that with local artists Valeria Saranskich & Olexandr Bohomolenko. The exhibition is to be seen at the Communa (the one situated in Saint-Josse). What best than an occupied house used as a community housing to show traces of sovietism?
PARTIES
Alors bien sûr, dans les soirées, il y a les trucs habituels, comme la Love ou la Libertine Supersport, ou l’anniversaire de la soirée Lowup. Mais on est en mai et c’est aussi la fête en pleine journée (je n’ose pas écrire “sous le soleil”)!
Dans la rue, les places publiques et sur les toits des immeubles !Sun-Set Open Air @ Place Poelaert
Un open air électro sur la Place Poelaert, un dimanche ? Pourquoi pas ? C’est Voyage / Voyage à nouveau…Organisé par les fondateurs du collectif Woodstrasse qui avait fait la joie des noctambules fréquentaient le Wood il y a quelques années, avant de se voir proposer une scène dans let très populaire festival Tomorrowland…Les boulots et autres déménagements ont arrêté le collectif en tant que tel, et l’un des fondateurs, Laurenzhino, s’est lancé dans l’organisation de cet Open air depuis maintenant deux ans, avec un beau succès.
Of course, you have the usual partie at night like the Love party or Libertine Supersport not to mention the anniversary party of the Lowup. All really electro. But we are in May and it’s also the time of the year when you can party during the day and outdoor!
Sun-Set Open Air @ Place Poelaert
An electro Open air in Place Poelart, on a Sunday? Why not…
It’s a new edition of Voyage/Voyage! Founded by the same people who were behind the Woodstrasse parties: the ones that many night owls did enjoy at the Wood a few years back and they had then a whole stage for themselves at the renowned festival Tomorrowland, before splitting due to new challenges (and sometimes moving to a new country). One of them, Laurenzhino, started this Open Air after that, about two years ago and it has a good reputation.
Play Label Rooftop @ Crosly
Le Play Label, C’est une autre bande, également dans l’écurie (si je puis dire) du Wood. Eux aussi ont leur open air depuis quelques années maintenant : le toit du bowling en bas du Sablon et à quelques pas du Skate park des Ursulines…Fête des Ursulines @ Skatepark
En rue, c’est la rue des Ursulines qui est en fête, la journée commencera par une initiation au Skate Board et se termine par quelques concerts (du hip hop, du punk, ou encore du Rockabily, il devrait y en avoir pour tous les goûts !).La fête des Ursulines, c’est surtout – chaque année – l’occasion de repeindre la fresque… mais cette année, il y a un twist : l’association “Sk8boarders” qui se trouve derrière le projet n’a toujours pas reçu de réponse à sa demande de subsides… si ce subside ne vient pas, c’est leur organisation (et celle de cette fête annuelle, mais aussi des tas d’initiation et évènements dans l’espace public en lien avec le skate) qui est menacée.Cette année, le skate park sera peint en blanc… avec un message explicite à découvrir ce jour-là… Qui sera peut-être la dernière fête, après 10 ans d’existence…

Ce qui m’amène naturellement au dernier rendez-vous dont je veux te parler ….

Play Label Rooftop @ Crosly
Play Label is another click who also were playing at the Wood. They also have their open air and this one is in the rooftop of the Bowling building Crosly, just a few meters away from Sablon and from skate park Ursulines.
Fête des Ursulines @ Skatepark
In the street, this week-end, the skate park in question will be on party mode: the day will start with a skate board initiation and will end with concerts: from hip hop to punk to rockabilly, everyone should be pleased.
But the Fête des Ursulines is – each year – the perfect moment to repaint the huge fresco on the ground. That said, this year, we have a problem: the association “Sk8boarders” who is behind the project still didn’t get their subsidies for the year and if it never comes they will have to stop their activities which consist of initiation and promotion of the skate board in different areas. So this year the ground will be paint in white and a huge message will be written, that you’ll have to discover there. The message will be explicit about the political situation when it comes to culture.

Which brings me to the lats event…

CINEMA
“La culture en péril” @ Rits Café
Je laisse la parole au réalisateur du documentaire qui sera projeté dans le Café Rits (l’école de cinéma néerlandophone).Je sais, cette histoire de statut d’artiste (et tout ce qui tourne autour des politiques culturelles plombent un peu l’ambiance festive que j’ai tenté de mettre dans cet agenda…En réalité, c’est la politique elle-même qui plombe tout… et qui risque, si on n’y prend garde, de rendre de plus en plus compliqué la découverte, la créativité, les arts et la fête…Et quel est l’intérêt de la vie sans ces choses essentielles ?
“La culture en péril” @ Rits Café
It’s a documentary in French called “Culture in peril” and talks about the statue of artists. The projection will be at the Café Rits, in the dutch speaking school of cinema. If you know a bit of french, I let the Director, talk himself about his movie.
I know that it’s not the best way to end this article, this tend to spoil a bit all the enthusiasm that I have try to share here. But actually I’m not the one spoiling the party. It’s the decisions to drastically cut the cutlure. If we don’t pay attention, it will be more and more complicated to enjoy culture, art, creativiy and party.. And I wonder what’s life worth if it’s not for those things…
Yelyam
Photo de couverture : Tag ”Vivre sans temps mort, Jouir sans entrave” sur abribus Flagey – Bruxelles (Février 2014) Cover picture : Tag which means approximatively ”Live without time out, Enjoy without constraints” on a bus stop in Flagey – Brussels (February 2014)

LINKS

Ne rate aucun futur agenda : inscris-toi à la Newsletter (ou à la page Facebook) !

One Comment Add yours

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s